2006-03-14

Et votre DECclic?

© Jean-Francois Gervais

Bien plus qu’un outil réservé aux programmes de formation à distance, la plateforme DECclic est utilisée par plus de 35 cégeps et par un nombre de plus en plus grand d’enseignants de tous les domaines. Mais qu’est-ce que DECclic? Pourquoi l’utiliser? Quoi en faire? Cet article tentera de répondre à ces questions. À la veille de la sortie de la deuxième version de la plateforme, il est grand temps pour tous de DECcliquer!

Qu’est-ce que la plateforme DECclic ?

Le DECclic est « un gestionnaire de formation (Learning Management System) qui propose un environnement informatique déjà construit autour d'une activité de formation spécifique (cours, etc.). Il offre tous les outils de suivi des élèves. L'accès est toujours privé et est réservé au professeur et à ses élèves » (Bulletin clic, 2005) Le DECclic étant une plateforme en ligne, il est accédé comme un site web avec un fureteur. La principale différence est au niveau de l’organisation et des outils : un site web n’a aucune structure ou outil proposé. On pourrait aussi comparer une plateforme à un système d’exploitation (Windows XP par exemple). Les deux possèdent des fonctions intégrées, mais servent à accueillir des contenus variés. Dans le cas de la plateforme, l’enseignant ajoute les contenus et les étudiants sont les utilisateurs finaux. La plateforme DECclic est donc le point de départ pour mettre des contenus en ligne.

Il existe de nombreuses plateformes semblables à DECclic, les plus connues étant probablement WebCT et Blackboard. Les joueurs sont nombreux, chacun ayant des qualités et défauts (Edutech, 2003). L’idée est donc de choisir une structure répondant aux besoins de la situation. Le DECclic a été conçu avec l’aide des enseignants du réseau collégial. Il s’agit donc d’une plateforme dédiée aux cégeps et qui profite d’ailleurs de subventions pour en faciliter l’accès.

Pourquoi une plateforme ?

D’abord et avant tout, une plateforme est un moyen d’ajouter des éléments en ligne à un cours. L’utilité va donc de soi pour les cours dispensés en ligne. Lorsqu’un cours se donne à la fois en classe et en ligne, on parle alors du mode hybride. Cette approche semble permettre d’obtenir le meilleur des deux mondes. Mais il ne faut pas se lancer vers se mode sans y penser, car le mode en soi ne provoque pas automatiquement un changement sur les résultats scolaires (Russell, 2005). Le mode hybride est intéressant car il augmente grandement les possibilités d’approches pédagogiques. L’utilisation de contenus en ligne doit se faire de la même manière que l’on choisi une activité à faire en classe, c’est-a-dire en fonction d’une situation et d’un but bien précis. La pertinence des contenus en ligne varie donc selon les situations, mais la flexibilité offerte par la Toile en fait une ressource incontestablement intéressante. De plus, il est inutile de craindre que les contenus en ligne rendent moins humain le cours – bien au contraire : « en mettant nos cours sur le site DECclic, nous pouvons communiquer beaucoup plus facilement avec nos élèves et réciproquement » (Favreau, 2005). Finalement, les contenus en ligne peuvent aider les étudiants à être plus actif, comme le témoigne un professeur de philosophie : « Je parle moins et les élèves agissent plus. » (Desautels). Ceci est bien sûr souhaitable selon le constructivisme.

La première grande raison d’utiliser une plateforme pour mettre en ligne des contenus est pour l’uniformisation. À un premier niveau ceci facilite l’utilisation en ligne par les étudiants puisqu’ils retrouveront le même environnement d’un cours à l’autre. Ceci est important puisque les difficultés d’accès à des ressources en ligne a un impact négatif sur la satisfaction des étudiants face au cours (Rivera, McAlister & Rice, 2002). En allant plus loin, on peut croire que les stratégies d’apprentissages que développeront les étudiants seront plus facilement transposées d’un cours à l’autre dans le cas ou les éléments en ligne sont dans le même environnement.

L’uniformisation prend une plus grande importance lorsqu’elle devient synonyme de normalisation. « La volonté initiale derrière le mouvement de normalisation de la formation en ligne est […] de rendre possible l'utilisation et la réutilisation des contenus entre plates-formes, en faisant disparaître les contraintes de conversion. » (Otis & Guay, 2004). Ainsi, utiliser un environnement normalisé facilite grandement la combinaison et la réutilisation de différents objets. Ces objets, des ressources d’enseignement et d’apprentissage (REA), pourront alors provenir de différentes sources ou banques, comme par exemple la banque Eurêka. Les REA de cette dernière pourront être recherchées et intégrées directement dans DECclic 2, version prévue pour la rentrée 2006 (Guay, 2005). Les REA deviennent donc très facilement partageables entre des enseignants, de bureaux voisins ou de pays différents. Dans tous les cas, les plateformes sont aussi là pour simplifier les tâches techniques de l’enseignant. Il n’est pas nécessaire de savoir comment construire à partir des zéro des pages web ou des forums.

À un niveau différent, l’utilisation d’une seule plateforme permet de la relier aux autres réseaux utilisés, comme Bleu Manitou. Ceci permet d’automatiser l’échange d’information, comme par exemple pour créer les listes d’accès à un cours en ligne ou transmettre des notes.

Quoi faire avec le DECclic?

La plateforme est assez complète pour supporter des cours entièrement en ligne. Même dans un programme de formation qui n’est pas à distance, ceci peut être intéressant, comme on peut voir par exemple avec le cours multidisciplinaire sur l’eau donné au collège Bois-de-Boulogne (Marceau, 2005). Mais il n’est vraiment pas nécessaire d’aller jusque là pour bénéficier du DECclic! Regardons donc de plus près les fonctions principales du DECclic.

Dans un premier temps, DECclic permet la simple mise en ligne de documents. L’avantage qu’a DECclic sur un site web ordinaire à ce niveau est le contrôle d’accès : seuls les étudiants inscrits auront accès aux documents. La mise en ligne de documents permet une mise à jour facile et a aussi l’avantage d’empêcher l’oublie ou la perte de documents par les étudiants. De plus, le DECclic offre un espace personnel aux étudiants, leur permettant de sauvegarder leurs travaux, qu’ils peuvent ensuite remettre en ligne. Ceci comporte plusieurs avantages. D’abord, à l’aide de la fonction d’échéancier du DECclic, il est possible de fixer une date de remise ferme, après laquelle le système n’accepte plus les travaux. La remise des travaux en ligne oblige évidemment l’utilisation d’un traitement de texte, améliorant grandement la qualité visuelle. De plus, « la qualité des réponses des étudiants aux questions à développement est meilleure grâce à l’habileté qu’ils ont au clavier. Ils se relisent et se corrigent, ce qu’ils ne se faisaient pas lorsqu’ils rédigeaient à la main. » (Profweb, 2005).

Le DECclic offre un logiciel intégré de construction d’évaluations. Ce dernier permet notamment de créer toutes sortes de formulaires et de programmer des commentaires automatiques pour une évaluation formative. Avec ou sans commentaires, les questionnaires à choix multiples sont corrigés automatiquement. Quant aux questions à développement, le logiciel offre une aide à la correction, en repérant les mots clés par exemple. Ces rétroactions et corrections automatiques allègent la tâche de l’enseignant. Une seconde version de l’outil, nommée Examstudio rendra encore plus facile et flexible la création de questionnaires (Guay, 2004). En plus de permettre la diffusion en ligne, un tel outil comporte l’avantage de gérer une banque de questions. Il est ainsi possible de facilement réutiliser, modifier ou échanger des questions. De plus, le logiciel permet de générer des questionnaires aléatoires à partir de la banque de questions. Ceci peut donc servir aussi bien à un examen formatif en ligne qu’à un examen sommatif en classe.

Le DECclic facilite la communication. D’abord, l’enseignant peut facilement envoyer un courriel à tous les étudiants en même temps. Ensuite, les étudiants peuvent envoyer des questions n’importe quand. Les réponses individuelles aident à rapprocher l’enseignant des étudiants. Finalement, « la rédaction d’un message oblige l’étudiant à préciser sa pensée et à poser des questions claires. » (Profweb, 2005). Bref, la communication avec les étudiants est améliorée.

Le DECclic permet de faire un meilleur suivi des étudiants. Outre les évaluations formatives, différents outils permettent de suivre l’activité et le cheminement des étudiants. D’abord, le DECclic donne des informations sur l’activité des étudiants lorsqu’ils utilisent le cours en ligne. Ensuite, l’utilisation du carnet de bord permet de faire un agenda de travail. Finalement, l’enseignant peut suivre le cheminement en lisant les forums, lorsque applicable. Le DECclic peut ensuite être utilisé pour rendre disponible des ressources optionnelles de rattrapage ou d’enrichissement.

Somme toute, il ne faut pas oublier que le DECclic est un réceptacle à ressources d’enseignement et d’apprentissage. Ceci peut donc inclure des contenus déjà organisés, ou des applications interactives de toutes sortes (démonstrateurs, simulateurs, évaluateurs). Avec le multimédia, le DECclic sert aussi de magnétophone et magnétoscope pour diffuser des documents audiovisuels aux étudiants. Bref, le DECclic est un point de départ incontournable pour intégrer les NTIC dans son enseignement.

En terminant, n’oublions pas cependant qu’il est important d’aider les étudiants à s’adapter à l’utilisation des ressources en lignes. En effet, « nombre d'étudiants pensent être conscients de leur style cognitif (ou style d'apprentissage) et donc c'est à l'enseignant de leur donner les moyens de faire le lien entre leur style cognitif et les étapes à suivre pour élargir au besoin l'éventail de stratégies d'apprentissage à utiliser et pouvoir ainsi s'adapter à des environnements cognitifs et affectifs variés, comme la communication médiatisée par ordinateur. » (Caws, 2005)

En conclusion, le DECclic est là pour faciliter l’utilisation des NTIC par les enseignants du cégep. Il offre des fonctions de bases essentielles tout en laissant le champ libre à la créativité. Malheureusement, cet article ne saurait bien couvrir les possibilités du DECclic. Pour être en mesure de bien utiliser le DECclic, il peut être nécessaire de suivre des formations, qui vont du simple atelier de 15 minutes au cours de 3 crédits de Performa.

Bon DECclic à tous!

Quelques articles ou sites intéressants :

Le site officiel du DECclic

Formations DECclic pour les enseignants

Formation DECclic pour les étudiants

Des profs racontent leur expérience avec DECclic - partie 1

Des profs racontent leur expérience avec DECclic - partie 2


Références Bibliographiques

Auteur inconnu (2005). Le courrier de Profweb, Le Bulletin Clic. no59. [Consulté le 14 mars 2006] à l’adresse http://www.clic.ntic.org/clic59/courrier_profweb.html

Caws, C. (2005). Application de principes cognitivistes et constructivistes à l'enseignement de l'écrit assisté par ordinateur : perceptions des étudiants. Apprentissage des langues et systèmes d'information et de communication (ALSIC). [Consulté le 14 mars 2006] à l’adresse http://alsic.u-strasbg.fr/v08/caws/alsic_v08_11-rec6.htm

Desautels, L. (année inconnue). Pourquoi les TIC dans l'enseignement? [Consulté le 14 mars 2006] à l’adresse http://site.profweb.qc.ca/index.php?id=110&tx_profwebpratiques_pi1[uid]=1403

Edutech (2003). Evaluation of Learning Management Systems. [Consulté le 14 mars 2006] à l’adresse http://www.edutech.ch/lms/ev2.php

Favreau, L. (2005). TIC et mathématique. Le Bulletin Clic. no58. [Consulté le 14 mars 2006] à l’adresse http://clic.ntic.org/clic58/tic_mathematique.html

Guay, P.-J. (2004). ExamStudio. Le Bulletin Clic. no55. [Consulté le 14 mars 2006] à l’adresse http://clic.ntic.org/clic55/examstudio.html

Guay, P.-J. (2005). Pédago-Dépôt : une visite d'Eurêka. Le Bulletin Clic. no59. [Consulté le 14 mars 2006] à l’adresse http://clic.ntic.org/clic59/eureka.html

Marceau, F. (2005). Un cours multidisciplinaire offert en mode virtuel. Le Bulletin Clic. no59. [Consulté le 14 mars 2006] à l’adresse http://clic.ntic.org/clic59/cours_multidisciplinaire.html

Otis, Y., Guay, P.-J. (2004). Hors normes, la formation? Le Bulletin Clic. no52. [Consulté le 14 mars 2006] à l’adresse http://clic.ntic.org/clic52/hors.html

Profweb. (2005). DECclic un investissement rentable. [Consulté le 14 mars 2006] à l’adresse http://site.profweb.qc.ca/index.php?id=116&tx_profwebpratiques_pi1[uid]=1404&cHash=26a72e93b0

Rivera, J., McAlister, K., Rice, M. (2002). A Comparison of Student Outcomes & Satisfaction Between Traditional & Web Based Course Offerings. Online Journal of Distance Learning Administration, Volume V, NumberIII. [Consulté le 14 mars 2006] à l’adresse http://www.westga.edu/%7Edistance/ojdla/fall53/rivera53.html

Russell, T. (2005). No Significant Difference Phenomenon. [Consulté le 14 mars 2006] à l’adresse http://www.nosignificantdifference.org/

0 Comments:

Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home