2006-03-15

CAFouillage grammatical

(C) 2006, Joannie Lavoie


D’abord, un CAF, qu’est-ce que c’est?

Suivant la mode des surnoms, où chaque titre comprenant plus de deux mots est rebaptisé d’un acronyme accrocheur, le CAF est un mot rapide qui signifie Centre d’Aide en Français. Avec l’apparition des cégeps au Québec, est aussi arrivé le centre d’aide en français, pour pallier à un urgent besoin auprès des élèves sortant du secondaire: les graves lacunes en grammaire et en orthographe. Eh oui!, ce constat se fait de plus en plus dans tous les établissements postsecondaires, il faut trouver des moyens pour contrer les difficultés des étudiants en français. Le Caf s’est imposé de lui-même mais soulève encore aujourd’hui beaucoup de questionnements dont celui qui nous intéresse ici: comment mettre sur pied un CAF qui répondra réellement aux besoins des élèves et des enseignants???

Tout d’abord, il est justifié de préciser que plusieurs croient qu’il ne devrait pas y avoir de CAF dans les établissements postsecondaires. Pourquoi? Pas parce qu’il ne faut pas aider nos élèves dans le besoin ni parce que la maîtrise du français n’est pas une priorité chez les jeunes québécois, mais tout simplement parce que des élèves qui ont terminé avec succès le secondaire ne devraient pas avoir de graves problèmes dans la langue de Molière. C’est la remarque qu’ont faite les auteurs qui ont publié un Exposé de la situation lors des “États généraux sur l’éducation” qui se sont tenus en 1995 et en 1996 :

"Repousser le problème à d’autres niveaux, ne pas bien faire les choses la première fois, mais compter sur les solutions de la deuxième chance, ne pas exiger la maîtrise des choses au moment où elles sont apprises, mais l’exiger plus tard, quand ces choses ne s’apprennent plus normalement, ce sont là des comportements qui, semblent-ils, sévissent dans tout notre système d’éducation".

Donc, un CAF est-il une solution ou une manifestation d’un problème du système d’éducation? Je vous laisse y réfléchir mais quoi que vous en pensiez, le problème de la langue est bel et bien présent et les centres d’aide en français sont devenus obligatoires. Voyons quelques chiffres…

Dans la revue Correspondance du mois de février 1998, l’enseignant Alain Dubois, du cégep de Victoriaville, déclare que le nombre d’élèves qui s’inscrivent au CAF a triplé depuis sa naissance en 1993 et que ce nombre devrait atteindre 25% de la population étudiante. 25%, c’est-à-dire que le quart de tous les élèves du cégep ont besoin d’aide en français. Et ce n’est pas un cas isolé, la plupart des cégeps ont une demande croissante à leur CAF et souvent cette demande dépasse l’aide qu’ils sont capables d’offrir. Pourtant, un bon centre d’aide en français fait vraiment une différence. Toujours dans ce même article, M. Dubois déclare avoir fait passer un test de français à un groupe-cible et que ces derniers, après avoir profité du centre d’aide, ont augmenté leur moyenne de 11% à ce test. Voici donc pourquoi il important de mettre sur pied des CAF qui sont à la fois efficaces et intéressants pour les élèves.


Portrait en trois dimensions d’un CAF.

Regardons d’abord concrètement ce qu’est un centre d’aide. Ce sont des élèves qui aident d’autres élèves en difficulté pendant environ une heure par semaine pendant dix semaines. C’est un local, dix tables, quatre dictionnaires et plein de bonne volonté. Au cégep de St-Jérôme, les élèves qui reçoivent de l’aide achètent un manuel qui contient des centaines d’exercices et ceux qui les aident ont le manuel-guide avec les corrigés. Les élèves voient les règles ensembles et font les exercices du cahier. Une dictée est donnée pour voir l’ensemble de l’aide à apporter.

Comment convaincre des élèves plus doués de consacrer du temps pour leurs pairs? En leur apportant un bénéfice, bien sûr! Le cégep offre la possibilité aux élèves de se faire créditer un cours complémentaire en échange de trois élèves à leur charge. Ils ont évidemment des rapports à faire et des règles très strictes, mais c’est une solution qui fait effet. Une autre possibilité, pour un élève qui a déjà participé au centre, est d’être payé à l’heure. Et, forcément, il y en aura toujours qui donneront de leur temps par simple bonté d’âme.

Comment convaincre des élèves moins doués de consacrer du temps à la grammaire? Dans la plupart des cégeps, ce n'est pas un problème car il y a trop de demandes. Mais que faire quand ceux qui ont les plus graves lacunes ne se présentent pas d’eux-mêmes? Le cégep de Victoriaville a tranché, on doit les aider coûte que coûte! C’est pourquoi ils ont instauré, en 1997, le CAF obligatoire pour les élèves du cours de mise à niveau. Ceux qui ont échoué l’examen d’entrée ou qui se retrouvent dans le cours de français de mise à niveau doivent alors participer au centre d’aide et, apparemment, cela fonctionne. C’est une preuve que l’enseignement par les pairs est toujours une excellente façon de favoriser l’apprentissage; les élèves construisent plus facilement leur savoir s’ils sont amenés par un autre élève. Et c’est exactement ce que met en place un CAF. Fin du clin d’oeil pédagogique.


À vos marteaux, nous construisons un CAF!

Le temps est maintenant arrivé d’entrer concrètement dans le sujet: que peut-on faire pour améliorer les centres d’aide en français? Voici quelques trucs et plusieurs bonnes adresses pour mettre sur pied un CAF à la fine pointe de la technologie.

Premièrement, il faut revoir les postes de travail. L’idéal serait d’avoir des ordinateurs et un accès internet pour faciliter l’apprentissage. Comme les subventions pour les centres d’aide ne tombent pas du ciel, il n’est pas nécessaire d’acheter de nouveaux ordinateurs, il suffit de faire quelques séances au laboratoire du collège. De cette façon, les élèves ont accès en ligne à du matériel comme des dictionnaires supplémentaires, et ce, tout à fait gratuitement. Un excellent dictionnaire se retrouve sur le site de l’Office de la langue française ou l’OLF (quand je vous parlais de la mode des acronymes!), on y accède directement à l’adresse suivante;
www.granddictionnaire.com . Une autre adresse utile est celle qui mène à un dictionnaire des synonymes; cette adresse et plusieurs autres se retrouvent à la fin dans la section Sites intéressants.

Ensuite, les ordinateurs permettraient d’utiliser en ligne le site du CCDMD. Le Centre Collégial de Développement de Matériel Didactique offre une panoplie d’exercices, de théories sur la grammaire, de jeux et d’informations sur l’épreuve de français et plus encore. Avec ce site, terminé l’impression de manuel-guide, tout est informatisé. Les élèves font leurs exercices sur internet et discutent de la correction avec leur partenaire. Les exercices sont animés, vivants et originaux, de quoi intéresser l’élève le plus récalcitrant. Tout est interactif et favorise l’apprentissage. Et, comme le site est accessible sur n’importe quel ordinateur, les élèves peuvent faire des exercices à la maison et obtenir une correction immédiate. Pour vérifier l’apprentissage, l’élève en charge fait un retour sur les exercices et fait passer des dictées.

Un autre point important est de doter chaque cégep d’un site web pour le CAF. Sur le site web, les enseignants en charge du centre d’aide mettent des informations sur les erreurs les plus communes et font des liens entre des exercices et la matière vue dans les cours obligatoires. La matière serait interactive et proposerait des exercices personnalisés au cégep hôte. Le but est d’offrir à tous les élèves les informations utiles. Chaque enseignant de français peut, à sa guise, l’utiliser pour mettre le corrigé d’un examen ou pour publier un travail particulièrement réussi d’un élève. Il est même possible d’aller jusqu’à créer un test de français en ligne qui indiquerait à l’élève sur quelles notions travailler.

De plus, le site pourrait être doté d’un forum pour les élèves où ils poseraient leurs questions. De cette façon, les erreurs sont immédiatement corrigées et tout le monde peut en profiter. Les possibilités sont infinies! Le site viendrait en aide au département de français et aux élèves de tous les programmes.

Pensez à tout ce qu’on peut faire sans dépenser outre mesure! Et on ne sait jamais, avec les années, quelle tangente pourrait prendre le site web. Comme le disait M. Dubois dans son article; “Nous sommes donc résolus, pour l’instant, à attendre que le miracle se produise quelque part dans le réseau collégial (…) ou qu’un CAF virtuel de type multimédia fasse tout à coup son apparition dans le réseau internet”. Il n'en tient qu’à nous de réaliser ce miracle. Construire un CAF connecté à la réalité des élèves d’aujourd’hui est un défi de grande envergure, certes, mais ce n’est pas irréalisable.


Et finalement?

Que ce soit pour un simple rappel de connaissances, pour un étudiant étranger ou pour un élève en difficulté, le CAF est indispensable et il est de notre responsabilité d’en faire un outil pédagogique de grande qualité. Comment? Le débat est lancé, à vous de laisser aller votre imagination et de venir en discuter.

Et, comme le dit un proverbe arabe, ne baisse pas les bras: tu risquerais de le faire une heure avant le miracle…



Sites intéressants

CCDMD: http://www.ccdmd.qc.ca/
Dictionnaire de l’OLF: http://www.granddictionnaire.com/
Dictionnaire des synonymes: elsapl.unicaen.fr/dicosyn.html
Bibliothèque virtuelle en littérature: gallica.bnf.fr
Répertoire de site sur la langue française: http://www.portail.lettres.net/
Exercices: http://www.cce.umontreal.ca/ , www.chez.com/exercicesfrancais/
Sites sur la grammaire: café.etfra.umontreal.ca ,
www.fse.ulaval.ca/fac/grammaire-BEPP/ , grammaire.reverso.net


Références

Revue Correspondance, volume 3, numéro 3, février 1998, article Un centre d’aide en pleine croissance par Alain Dubois.

Gouvernement du Québec, ministère de l’Éducation, Les états généraux sur l’éducation “Exposé de la situation”, bibliothèque nationale du Qc, 1996, 132 pages.

Site sur le matériel didactique CCDMD, consulté le 14 mars 2006 à l’adresse:
www.ccdmd.qc.ca

Site du carrefour des ressources didactiques informatisées, gouvernement du Québec, consulté le 14 mars 2006 à l’adressse: c-rdi.qc.ca

Site sur l’éducation Cyberprof, consulté le 14 mars 2006 à l’adresse: francite.net/education/cyberprof/index.html

Site sur l’évaluation du matériel didactique par le ministère, consulté le 14 mars à l’adresse:
www.cssmi.qc.ca/carrefour_educatif/ressources/pele/index.htm

Ainsi que tous les sites énumérés dans la section Sites intéressants.



0 Comments:

Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home