2006-03-23

Apprendre au sein d'une communauté d'apprentissage

(c) 2006, Hugues Legault

Introduction

Avant d’entamer mes recherches sur le sujet : Apprendre au sein d'une communauté d'apprentissage, je ne réalisais pas à quel point une telle méthode pédagogique correspondait « aux valeurs » de la réforme du niveau collégiale. Mon étonnement ne s’arrêtait pas là. Quelle fut ma surprise de constater que j’avais déjà participé dans le passé à une communauté d’apprentissage sans même en être conscient. Remémorer cette expérience m’a permis de mesurer la pertinence de mes lectures et de mieux synthétiser le contenu.

Au cours des prochaines lignes, je vais tenter de vous démontrer les éléments constitutifs d’une communauté d’apprentissage. Pour y parvenir, j’ai divisé mon article en trois séquences distinctes. La première partie propose une définition et ses principaux éléments constitutifs. La deuxième partie présente les différentes formes de communautés possibles. En finalement, la dernière partie prétend démontrer la corrélation qu’il peut exister entre les communautés d’apprentissage avec l’innovation pédagogique et les TIC au collégiale.

Qu’est-ce qu’une communauté d’apprentissage ?

Selon le site du Ministère d’éducation nationale d’enseignement supérieur la notion de "communauté d'apprentissage", est encore en « rodage ». Malgré tout, le concept est « suffisamment clair » pour en saisir le sens. La Communauté d'apprentissage TACT (1998) nous propose la définition suivante : « un groupe d'élèves et au moins un éducateur ou une éducatrice qui, durant un certain temps et animés par une vision et une volonté communes, poursuivent la maîtrise de connaissances, d'habiletés ou d'attitudes.» Certains auteurs semblent apprécier de caractériser les communautés d’apprentissage par plusieurs conditions particulières. (Je vous réfère à l’Allocution du 1er décembre 2004 de monsieur Robert Bisaillon comme exemple d’une énumération exhaustive de conditions.) Pour une meilleure compréhension, je vais tout simplement reprendre les éléments fondamentaux de la définition proposée par la Communauté d’apprentissage TACT.

Tout d’abord, les membres de la communauté sont réunis pour réaliser collectivement une vision et une volonté communes. Cette vision commune consiste à réaliser un apprentissage authentique. On entend par authentique (ou signifiant) une situation que l’on peut rencontrer dans la vie extrascolaire. Ensuite, la communauté d’apprentissage doit être composé de plusieurs personnes (un groupe) aux expertises et aux compétences différentes (i.e. élèves et éducateur). Chaque membre comprend et accepte son rôle et celui d’autrui. Dans les interactions entre les membres du groupe, il ne doit pas exister de monopole ou de contrôle des savoirs mais plutôt un échange qui favorise le transfert des connaissances. Dans un tel contexte, les membres de la communauté doivent exploiter les ressources humaines et matérielles que leur environnement rend disponible.

Une grande richesse que suscite une communauté d’apprentissage, elle ne se limite pas au « projet éducatif». En effet, inclure l’appellation « communauté » dans notre sujet est loin d’être hasardeux. Davantage de l’ordre des attitudes, le coté communautaire est lourd de sens et de conséquences pour les participants. Non seulement tous les membres doivent participer, travailler et s’impliquer, le groupe ne tolère pas les « spectateurs ». En corollaire à l’objectif commun se rattache une solidarité de groupe. Une solidarité qui dépasse la raison « première » de l’apprentissage. Dans la communauté on ne cherche pas à isoler « les différentes dimensions de la vie ». Une des critères de R. Bisaillon suppose qu’un problème de vie implique généralement des problèmes d’apprentissage, pour cette raison la communauté ne doit pas rester oisif. On devine que pour construire une solidarité et créer un haut niveau de confiance, il faut un certain temps. La réussite d’une communauté d’apprentissage implique du long terme.

Une « communauté se construit, se développe et se perpétue à la condition que les exigences soient les mêmes pour tous. Si l'élève doit travailler en coopération, cela est vrai aussi pour l'enseignant ! Il faut apprendre toute sa vie. La mise à jour des compétences doit concerner tout le monde. »

Les formes de communautés d'apprentissage

On peut très bien imaginer une multitude de forme de communautés d’apprentissage adaptée aux buts et aux participants. À titre d’exemple, pour l’événement Barcelone 2004, on retrouve plus de 4 types de communautés d’apprentissage, désignées sous les noms de : la classe, l’école, le territoire et la communauté virtuel. Je profite de l’occasion pour préciser qu’une classe « conventionnelle » n’est pas, en soi, une communauté d’apprentissage. Il faut garder à l’esprit que les membres d’une communauté doivent s’impliquer et participer à un objectif commun. La présence d’une coopération entre les membres est indispensable.

La définition des communautés virtuelles

Selon l’Office Québécois de la Langue Française une communauté virtuelle est un : Ensemble de personnes reliées par ordinateur dans le cyberespace, qui se rencontrent et ont des échanges par l'intermédiaire d'un réseau informatique, tel Internet, et qui partagent un intérêt commun. Il faut aussi préciser que « les personnes impliquées dans une situation d'éducation à distance supportée par les TIC ne constitue pas, en elle-même, une communauté d'apprentissage virtuelle ». Une communauté d'apprentissage virtuelle « implique qu'un groupe de personnes se rencontrent régulièrement dans un espace virtuel dans le seul but partagé d'explorer un thème ou de comprendre un problème ou une question complexe. »

La corrélation entre les communautés d’apprentissage avec l’innovation pédagogique et les TIC au collégiale

Les communautés d'apprentissage et les TIC

Définir les communautés d’apprentissage dans le cadre d’un collectif sur l’innovation pédagogique et les TIC, comme celui-ci, prend tout son sens lorsque l’on le regarde sous l’angle de la construction et de la transmission des savoirs. Dans la littérature, la relation entre les communautés d’apprentissage et les TIC n’est pas démontrée mais plutôt implicite. En effet, les auteurs se réfèrent aux TIC ne laissant aucun doute de leurs présences. Est-ce la saveur du jour qui les incites à se référer aux TIC ? Ou est-ce une condition encore non avouée, nécessaire au bon fonctionnement des communautés d’apprentissage ?

Mon opinion va plutôt dans le sens de la dernière affirmation. Même s’il était sans doute possible de mettre en place une communauté d’enseignement n’ayant pas accès aux TIC. (Selon le contenu d’enseignement et la disponibilité des ressources pertinentes). À mon avis, il s’agirait plutôt d’une exception que d’une règle. Lorsqu’on crée un contexte où les étudiants doivent construire eux-mêmes leurs savoirs, il est nécessaire qu’ils bénéficient d’un accès facile aux ressources et aux connaissances. Ainsi, la présence d’un accès Internet, aux sources d’informations multimédias ou de toutes autres formes de ressources technologiques et de communications ne sont pas de trop. En résumé, je crois qu’une communauté d’apprentissage efficace et cohérente avec ses principes implique une utilisation adéquates des TIC.

La communauté d’apprentissage et le Socio-constructivisme.

L’enseignement collégial préconise l’approche par compétence. C’est dans ce contexte pédagogique que l’on reconnaît l’apport des communautés d’apprentissage. Tout comme l’enseignement collégiale, les communautés d’apprentissage valorisent les stratégies d’enseignement qui sont défendus par les thèses socio-constructivismes. Voici un descriptif des principaux éléments valorisés par les communautés d’apprentissage qui adhèrent au socio-constructivisme :

A) La motivation
On considère que la motivation est un élément clé dans la réussite du projet éducatif. L’esprit d’appartenance et l’entraide jouent un rôle prédominent dans le niveau de motivation.

B) Le rôle de l’enseignant
Le rôle de l’enseignant, pour reprendre l’analogie de Barbeau (1997), n’est pas celui d'un acteur qui donne sa prestation mais plutôt un metteur en scène qui laisse les étudiants jouer les rôles principaux.

C) La tâche
Comme nous l’avons mentionné précédemment, la tâche (l’objectif communs, les connaissances à acquérir ou peu importe le nom) doit être authentique. C’est-à-dire, que les étudiants doivent réaliser des activités réalistes, qu’ils peuvent rencontrer dans la « vraie vie ». Comme par exemple dans le cadre de leur future travail.

D) L’environnement social
Le fait d’être en groupe, l’acquisition des connaissances ne se fait pas individuellement et indépendamment de notre environnement. Notre entourage physique et social influence notre intégration des savoirs.

E) L’utilisation des ressources
Utiliser et optimiser l’ensemble des ressources disponibles. Que se soit pour motiver les participants, adopter une approche multidisciplinaire ou tout simplement pour diversifier les façons de faire.

Conclusion

Comme nous l’avons vu précédemment, une communauté d'apprentissage porte en son sein un ensemble de valeurs. Mon expérience personnel m’enseigne que rendre une communauté porteur d’une éthique ou d’une culture, comme le propose la Communauté d'apprentissage TACT, n’est pas un abus de langage.
L’esprit communautaire, et le sentiment d’appartenance à un groupe est sans aucun doute un facteur de motivation déterminant qui donne une saveure particulière à l’apprentissage.

Monographie

BARBEAU, D. (1997) Tracer les chemins de la connaissance, Montréal, Association québécoise de pédagogie collégiale, 535 p.

LOUIS, Roland. (1999) L’évaluation des apprentissages en classe, théorie et pratique. Laval, Éditions Études Vivantes, 212 p.

Liens

Barcelone 2004. Types de communautés d’apprentissage. Consulté le 15 mars 2006.
http://www.iscol.org/prepar2/preparf/prepar.html

Le point E. (2005) Allocution de Robert Bisaillon, Consulté le 14 mars 2006
http://www.cadre.qc.ca/pointe/

Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Educnet, E-formation. Consulté le 14 mars 2006.
http://www.educnet.education.fr/dossier/default.htm

Office Québécois de la langue française (2000). Consulté le 14 mars 2006
http://www.granddictionnaire.com/

TACT téléapprentissage communautaire et transformatif. Les communautés d’apprentissages. Consulté le 12 mars 2006.
http://www.tact.fse.ulaval.ca/tact2/commune2.0.html

0 Comments:

Publier un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home